Alors que 12% du territoire brésilien est occupé par des réserves indigènes, le président Luiz Inacio Lula da Silva à affirmer vouloir dynamiser ces « zones intouchables » par l’économie et l’ouverture. Une des solutions avancées par le président brésilien est l’écotourisme.
L’écotourisme, parce qu’il préserve la nature et l’environnement mais aussi les populations locales semblent, en effet, tout indiqué pour être proposé aux indigènes brésiliens. Ils représentent une population de près de 500.000 personnes qui doivent faire vivre leur famille. Aussi, une incitation à développer des formes de tourisme adapté peut leur permettre de s’ouvrir progressivement au monde qui les entoure mais aussi à développer une activité économique cohérente par rapport à leur style de vie et leur identité propre.

Quel est le risque ?

Le risque d’ouvrir et de développer le tourisme, même doux et responsable, aux indigènes brésiliens existe. En effet, l’écotourisme ne doit pas se substituer aux formes ancestrales de production et de travail de ces hommes et femmes. Aussi supplanter la pêche, la chasse et la cueillette par de l’écotourisme est un vrai risque pour eux. De plus, il faut bien voir que les indigènes représentent une curiosité pour de nombreux étrangers. Il ne faudrait donc pas que ceux-ci soient considérer comme des « bêtes de foire ». C’est pour cela que l’écotourisme semble, certes, la forme la plus adaptée pour découvrir des peuples indigènes, elle doit cependant être encadrée afin d’éviter des dérives irréversibles.

 

Vacances écotourisme

Visiter un parc naturel : oui mais comment ?

parc naturelLa visite des parcs s’inscrit en plein dans l’écotourisme. Dans des forêts préservées, vous évoluerez en découvrant des espaces naturels d’exception. De plus, les parcs commencent à être aménagés pour un accueil des touristes, indispensable à des vacances agréables et écolo. Ainsi, c’est alors un bon plan de vacances vertes que vous allez réaliser en visitant un parc naturel.

Lire la suite...

Actualités

Défendre les salins de midi

L’association Lo Sal contribue à faire revivre la production de sel au Salin du midi après que la compagnie éponyme y stoppe son activité. Lo Sal veut redonner du dynamisme à ce lieux et notamment par l’écotourisme.